Communiqués de presse

C’est avec une grande surprise que le PLR Vaud a pris connaissance ce matin, via un communiqué de presse de l’État de Vaud, du train de mesures proposé par le Conseil d’État visant à, selon sa stratégie, « renforcer progressivement » les subsides à l’assurance-maladie obligatoire des soins. Le PLR Vaud s’étonne des principes et de la quotité de l’augmentation prévue, tout de même conséquente, des revenus déterminants ouvrant le droit aux subsides. Ni une, ni deux, le gouvernement semble vouloir augmenter et donner toujours plus, sans qu’on sache vraiment d’où vient le budget, si ce n’est de nos impôts.

Lire la suite

Avec une augmentation de 4% pour les primes d’assurance-maladie moyennes par rapport à 2017, les primes de l’assurance-maladie obligatoire pour 2018 prennent une nouvelle fois l’ascenseur. Comme l’année passée, c’est en Romandie que la hausse est la plus massive, et notamment dans le canton de Vaud, où l’augmentation est la plus forte, et bien au-dessus de la moyenne suisse, avec +6,4%. En attendant que des solutions concrètes soient trouvées, le PLR Vaud propose la mise en oeuvre rapide de l’initiative des Jeunes libéraux-radicaux vaudois (JLRV) « Une baisse d’impôts pour la classe moyenne ».

Lire la suite

« Croissance des charges marquée, mais maîtrisée » annonce l’État de Vaud dans son communiqué de presse sur le budget 2018. Si le premier qualificatif de la croissance des charges, « marquée », confirme une fois de plus les craintes du PLR Vaud, le deuxième terme, « maîtrisée », le laisse circonspect. Le parti vaudois tire la sonnette d’alarme depuis moult années sur les conséquences d’une augmentation constante des charges pour la santé financière de notre canton (cf. titres de nos communiqués de presse depuis 2014 en fin de document). Encore et toujours, mais jusqu’à quand ?, les charges et les ETP (emplois à temps plein) augmentent et laissent penser que la « maîtrise » est davantage théorique que pratique. La seule maîtrise vient des ministres de centre-droite et du travail méticuleux du chef des finances, Pascal Broulis, qui réussit, malgré des départements en mains de gauche toujours plus voraces, à présenter un 12ème budget équilibré.

Lire la suite