Un article dans TRIBUNE de novembre 2020

point fort

un soutien inventif et pragmatique dans une période difficile

par Jean-Daniel Carrard, député, vice-président du Groupe au Grand Conseil et syndic d’Yverdon

La crise du COVID-19 a ceci de particulier qu’elle met plusieurs fois par semaine la Confédération et les cantons sur le devant de la scène. Les points de presse, traditionnellement suivis par les seuls journalistes, sont désormais très regardés par la population. Dans cette période pandémique, pleine d’incertitudes, les actions des communes passent ainsi souvent sous les radars médiatiques. Autorités de proximité, celles-ci sont pourtant en première ligne, pas seulement pour appliquer et faire respecter les consignes venues de plus haut, mais pour répondre aux besoins et aux attentes des habitants.

 

Ainsi en-a-t-il été d’Yverdon-les-Bains dès la mi-mars. La deuxième ville du canton de Vaud a adapté en quelques jours ses dispositifs de gestion de crise à une situation inédite. Le souci prioritaire a été d’assurer aux populations dites «à risques», obligées de se confiner chez elles, la livraison de produits alimentaires et de nécessité. Le dispositif «Ville d’Yverdon solidaire» est devenu rapidement opérationnel : lignes téléphoniques pour la prise des commandes, organisation et facturation des livraisons en lien avec les commerces, forces de travail des employés de l’administration (mis au chômage technique par la suppression de leurs activités usuelles) réallouées à cette nouvelle mission. Quelque 1500 livraisons ont été effectuées entre le 23 mars et le 5 juin, touchant 400 ménages, grâce à 140 collaborateurs de l’administration impliqués
à des degrés divers.

 

Ayant répondu en priorité à l’urgence de l’approvisionnement, «Ville d’Yverdon solidaire» a ensuite proposé à la population semi-confinée un programme culturel : des lectures à distance, une plate-forme pour recueillir des œuvres artistiques «à ma fenêtre»,
le visionnement de courts métrages.

 

Dès avril, en soutien au tissu économique et associatif local, la Municipalité a décidé de renoncer à l’encaissement des loyers pour les détenteurs de la plupart des baux commerciaux de la Ville. Cette mesure s’est prolongée, dans certains cas, en fonction des dates de reprises des activités ou des difficultés rencontrées spécifiquement par l’un ou l’autre secteur. L’exécutif a ainsi apporté
«un bol d’air» aux commerçants et associations devant assumer des charges constantes.

 

Lorsque les restaurants ont pu rouvrir, elle a autorisé l’extension des terrasses sur le domaine public, gratuitement. Cette action
a été prolongée jusqu’à la fin de l’année. Enfin, sur le plan culturel et sportif, la Municipalité a réalloué la moitié des montants budgétés pour des manifestations qui n’ont pas pu avoir lieu pendant le premier semi-confinement. C’est ainsi une somme de 180 000 francs qui a été injectée pour des clubs, des institutions, des artistes ou des projets.

 

En complément des dispositifs et plans cantonaux et fédéraux, le budget ordinaire de la Ville pour 2020 a ainsi permis de venir
en aide aux commerçants et à la population, de manière ciblée, inventive et pragmatique.

La commune d’Yverdon a autorisé l’extension des terrasses

sur le domaine public, gratuitement. Cette action a été prolongée

jusqu’à la fin de l’année.