aujourd’hui, c’est déjà demain...

par Charles-Denis Perrin, président du groupe thématique PLR Innovation & nouvelles technologies

réflexion

aujourd’hui, c’est déjà demain...

Frédéric se lève ce matin à 06 h 47, car son matelas, rempli de capteurs intelligents, a choisi le moment propice pour un réveil en phase avec son cycle du sommeil. C’est donc en pleine forme qu’il se rend à la salle de bain. Immédiatement, l’analyse de son urine sera transmise à l’application «prévention santé» de son téléphone portable qui a été mise à disposition par sa caisse maladie. Il en sera fait de même, avec d’autres informations récoltées par sa brosse à dents connectée, qui aura détecté la nécessité d’un détartrage et se chargera même d’organiser son prochain rendez-vous chez l’hygiéniste. Dans l’intervalle, la fameuse application aura également calculé les besoins nutritionnels de Frédéric et transmis à son imprimante alimentaire 3D les indications pour élaborer les «barres d’énergie» qu’il emportera avec lui pour son lunch. Quand il arrivera à la salle à manger, son robot domestique lui aura préparé son petit déjeuner, composé, notamment, de jus de fruits frais cueillis le matin même dans son jardin en permaculture. Réagissant à la parole, il lui servira tout ce que Frédéric lui a commandé pour son repas et il lui rappellera les rendez-vous de sa journée.

Sa journée de travail commencera au salon où il organisera plusieurs visio-conférences avec des collègues. Grâce aux caméras 3D, les images de ses interlocuteurs s’afficheront dans ses lunettes et il pourra leur parler comme s’ils étaient dans la même pièce.

Une fois ces contacts terminés, grâce au nouvel implant qu’il s’est fait poser récemment, sans qu’il ait besoin d’enclencher son ordinateur, il pensera quelques lettres, lesquelles seront immédiatement transcrites et envoyées par mail, sans avoir besoin de clavier ou de les exprimer par la parole. Certainement qu’il dira : «Oui, la mise en place de cet implant était le seul moyen pour devenir toujours plus efficace puisque grâce à lui ma mémoire s’est considérablement amplifiée et que je peux avoir accès à Wikipédia en tout temps».

Maintenant, il est en mesure de pouvoir rivaliser avec l’intelligence artificielle intégrée dans tout ce qui est connecté. Peut-être qu’ainsi il pourra garder son job quelques mois encore.

L’heure tournant, il demandera à son robot de lui commander le taxi collectif sans chauffeur pour qu’il puisse se rendre au centre commercial de son quartier. Là, il fera quelques achats en passant, avec son caddie, d’un magasin à l’autre, sans jamais ouvrir son porte-monnaie. C’est à la sortie seulement que la reconnaissance faciale de l’établissement l’identifiera pour débiter directement de son compte bancaire les divers achats que le «système» avait recensé automatiquement…

Récit de pure fiction ? NON ! Toutes les technologies évoquées existent aujourd’hui ou sont en passe d’être disponibles…

Dès lors, que de problème existentiels, éthiques et de protection de la sphère privée sont à résoudre rapidement !

Avec les applications santé, les capteurs en tout genre dispersés dans l’habitat, un peu d’intimité est-il encore possible chez soi ? Avec le Wifi et le GPS de votre portable qui permet de savoir ce que vous faites, connaître vos déplacements, vos centres d’intérêt et vos intentions d’achat, peut-il y avoir encore une sphère privée ? Avec les implants qui vous renseigneront sur mille choses et augmenteront vos facultés intellectuelles, existera-t-il encore une liberté de choix ?

Et plus encore, quelle fraction de la population pourra compter sur un emploi rémunéré ? Avec quelles assurances sociales ou impôts les états se financeront-ils ? Quels rôles ceux-ci pourront-ils encore jouer ?

Autant de questions difficiles, mais d’actualité que le groupe thématique PLR Innovation & nouvelles technologies cherche à traiter pour essayer d’anticiper les changements de société et percevoir leurs conséquences sur la démocratie et nos libertés…