Portrait d’une personnalité d’exception Christelle Luisier sous la loupe...

par Fabienne Guignard, rédatrice en chef

Élection complémentaire au conseil d’état

Tout le monde connaît Christelle Luisier au PLR Vaud. Une sacrée personnalité, intelligente, pragmatique, dynamique, courageuse et bien sûr une oratrice hors pair à la répartie ravageuse...

Faut dire qu’elle aime le débat, la voilà parfois dure quand il s’agit de contrer des adversaires politiques souvent extrémistes mais le cœur humaniste quand il s’agit de s’occuper des gens. Elle aime à convaincre et elle sait faire. Pour elle, toute décision doit être précédée d’une discussion propre à une démocratie ouverte. Alors oui, être confrontée à ses électeurs et des concurrents même peu ordinaires, a ses préférences à une élection tacite. Une occasion pour elle de parcourir le territoire vaudois, d’aller à la rencontre des gens. Elle adore ça.

Rappelons ses faits d’armes politiques car Christelle ne doit son statut qu’à son engagement pour la chose publique et son travail acharné. Ses succès électoraux auront ainsi mené cette avocate de 45 ans, spécialisée en droit des médias, mère de famille, à prendre la direction du groupe Radical de la Constituante à 24 ans déjà. Incroyable. Une magnifique entrée en force où elle a fait merveille et aiguisé l’intérêt de tous, des médias en particulier par sa vivacité et sa jovialité. En d’autres termes, tout le monde a vu qu’il y avait en elle une personnalité qui allait faire du chemin. Conseillère communale à Payerne, puis syndique et députée, la voilà candidate au Conseil d’état. Elle sera aussi la première présidente des Radicaux vaudois avec un credo toujours d’actualité «Rien ne se fait sans passion».

De ses origines valaisannes et son enfance à Payerne, c’est dans le bistrot de quartier de ses parents que Christelle apprendra à écouter les gens, les aimer pour ensuite les défendre. Elle y a appris l’importance de la

Cohésion sociale, c’est-à-dire le vivre ensemble, le respect dû aux gens de toutes sortes. Cette notion d’équité, d’équilibre la suivra tout au long de son parcours de vie. Elle veut aussi offrir à toutes les régions du canton les mêmes chances et opportunités de développement.

Développement (emplois, logements, infrastructures) et qualité de vie (vivre ensemble, environnement, agriculture) nécessitent une croissance pour assurer les prestations et services à la population. Un combat juste. Dans son engagement y compris associatif (elle est vice-présidente de l’Union des communes vaudoises par exemple), elle s’attachera tout spécialement à l’aménagement du territoire, aux relations Canton-communes (qu’il faut apaiser…), à l’accueil de jour (sa première intervention au Conseil communal), à la fiscalité notamment celle des personnes physiques, de la classe moyenne. Pourquoi le canton de Vaud resterait-il le canton au plus haut taux d’imposition en Suisse ? Sans oublier les seniors de plus en plus nombreux qui nécessitent des soins particuliers.

Christelle Luisier le sait, être membre du Conseil d’état, c’est participer à un Collège : «On n’exige rien. Les élus sont au service des citoyens». Une noble cause qui mérite une personnalité de grande compétence. Christelle Luisier est la perle rare dont nous avons besoin. Alors «aux urnes!».