Votations du 19 mai 2019

 

Un OUI clair à une réforme essentielle

Ce projet, qui mêle fiscalité et financement de l’AVS, est l’exemple d’un compromis gagnant-gagnant, typiquement helvétique. Cette réforme prévoit notamment l’abolition des régimes fiscaux spéciaux et l’introduction d’un taux unique pour toutes les entreprises. Il s’agit ainsi de se mettre en conformité avec les règles fiscales internationales. Cette clarification de la fiscalité sera bénéfique pour l’emploi et l’économie. Le volet concernant la prévoyance vieillesse assure quant à lui la pérennité de l’AVS. L’arrivée à la retraite de la génération des baby-boomers posant un défi de taille. Cette réforme prévoit un financement supplémentaire de CHF 2 milliards par an, contribuant ainsi à la sécurité des rentes. Ce projet réduira le déficit de l’AVS, tout en permettant le maintien des prestations et bénéficiera ainsi aux rentiers actuels et futurs. Les communes vaudoises ne seront pas oubliées, c’est en effet CHF 100 millions de compensations fédérales pour le canton de Vaud qui sont attendues en cas d’acceptation de cette réforme. En bref, le projet AVS et fiscalité permet à la Suisse de répondre aux défis actuels, tout en préservant sa compétitivité et en assurant la stabilité de l’AVS

Site du OUI au projet RFFA : https://avs-fiscalite-oui.ch/?fbclid=IwAR1rY_k0tMtuc4t56cuBg1FoQ62fHEvyaONE2SwbKOPNDJiUIv0SfUhwYDk

Site du PLR pour le OUI au projet RFFA : https://www.plr-projetfiscal.ch/

 

OUI au développement de l’acquis Schengen 

la révision partielle de la législation sur les armes consiste en une adaptation raisonnable, qui permettra à la Suisse de continuer à bénéficier des avantages des accords Schengen/Dublin, sans compliquer de façon disproportionnée les démarches des propriétaires d’armes à feu semi-automatiques. L’accord de Schengen permet de lutter efficacement contre la criminalité, notamment grâce à l’accès au système d’information Schengen et en promouvant une meilleure collaboration internationale entre les services de justice et de police. Un refus aurait pour conséquence le grand retour des contrôles systématiques aux frontières, engendrant ainsi temps d’attente et embouteillages supplémentaires. Par ailleurs, sans l’accès au système de visa Schengen, le secteur du tourisme en Suisse serait gravement désavantagé face à ses concurrents européens. En outre, un refus de cet objet mettrait en danger la participation de la Suisse à l’accord Dublin. Pour assurer la prospérité et la sécurité helvétique, il convient d’accepter le développement de l’acquis Schengen. 

Site du OUI à la résision partielle de la législation sur les armes : https://securite-oui.ch

Site du PLR pour le OUI à la résision partielle de la législation sur les armes : https://www.plr-schengen.ch/