Malgré une conjoncture difficile, la majorité de gauche dépense à tout-va

Comptes 2015 : augmentation des charges et baisse des rentrées fiscales

Malgré un excédent de revenu, le canton voit sa dette augmenter pour la deuxième année consécutive, alors qu’il faisait office d’exception depuis une dizaine d’années dans le paysage économique suisse. Les efforts du Conseiller d’Etat Pascal Broulis permettent aujourd’hui de tenir la barque que la majorité de gauche charge sans scrupule. Cette majorité du gouvernement ne cesse d’augmenter les charges de l’Etat. Cette gourmandise de la gauche est particulièrement inquiétante à l’heure où le revenu de l’impôt sur les personnes physiques régresse et est proportionnellement inférieur à l’augmentation démographique. Le PLR Vaud appelle le Conseil d’Etat à la raison pour ne pas plonger le canton dans une spirale qui le pénaliserait à l’avenir.

Sans des revenus conjoncturels et le travail du Conseiller d’Etat Pascal Broulis, les comptes 2015 auraient un tout autre visage. S’il convient de saluer les investissements de l’Etat à hauteur de 589 mios dans l’économie vaudoise, il s’agira néanmoins de rester prudent. Ce d’autant plus qu’après une dizaine d’années de réduction, la dette nette du canton augmente – notamment en raison de la recapitalisation de la caisse de pension -, et ce pour la deuxième année consécutive. La maîtrise des charges est donc cruciale.

Or depuis que la majorité de gauche est établie dans le canton, on assiste à une perte chronique de cette maîtrise des charges. Cette année ne fait pas exception. Une nouvelle fois, les charges progressent de 3.8% par rapport à 2014 (+3.7% de 2014 à 2013 déjà !). Les domaines de la santé et du social représentent à nouveau les progressions les plus marquantes (santé +70 mios (64 mio en 2014) ; social +116 mios (+114 mio en 2014)). Année après année, les élus de gauche ne semblent pas rassasiés quand bien même la situation économique nous enjoint à plus de prudence, ce dans l’intérêt des géné- rations futures.

En résumé : tassement de la croissance, baisse des revenus, augmentation de la dette ne semblent pas suffire à la gauche pour amorcer un virage dans leur politique dépensière, ce qui est inquiétant pour le canton. Les Libéraux-Radicaux tiennent à rappeler à la gauche qu’il est simple de dépenser à tout-va, mais que cette manière de faire poussera un jour le canton à trancher lorsqu’il s’agira de rétablir l’équilibre financier.

La politique pragmatique des petits pas, menée par Pascal Broulis, est préférable aux dépenses à l’arrosoir des membres de la majorité gouvernementale. Le PLR met donc en garde le Conseil d’Etat contre une détérioration probable des finances de l’Etat dans les années à venir.


Contacts

Frédéric Borloz, président du PLR Vaud, +41 79 204 43 30
Marc-Olivier Buffat, président du Groupe PLR, +41 79 252 78 20
Alexandre Berthoud, député et membre de la Cofin, +41 78 756 10 08
Philippe Miauton, secrétaire général, +41 79 277 68 41

Aucune actualité disponible.